Mon expérience avec une femme…

Il semble, messieurs, que la pensée de deux femmes faisant l’amour puisse vous exciter. En lisant ceci quelque part sur Internet, j’ai pensé, « Lily, que diriez-vous de la nuit où vous avez couché avec votre petit ami ? ».

Soit un ou deux, j’ai pris mon ordinateur. Me voilà devant mon écran avec l’envie de vous raconter cette nouvelle expérience pour moi (qui s’est passée il y a quelques années maintenant), je dois l’avouer assez inattendue mais délicieuse….

Et si ça vous plaît, j’ai plein d’anecdotes de ce genre sur mon blog et dans ma newsletter… 😉

La nuit promettait d’être un classique mais…..

C’était bien sûr une soirée classique et ça devrait toujours l’être mais… eh bien, un peu tendu, n’est-ce pas ? ;).

J’étais donc à une fête avec un de mes meilleurs amis. Nous fêtons le CDI. Nous sommes une dizaine de filles et garçons. Un petit apéro chez mon amie (Carole) qui fêtait son nouveau contrat, un petit resto (enfin, une pizzeria) et une soirée au bar où nous avions l’habitude de passer la nuit.

J’avoue, on a un peu abusé du Champagne (à boire avec modération ;)), nous tous. Tout s’est passé « normalement » comme une soirée classique entre amis. Certains sont en couple, d’autres sont célibataires dont Carole et moi.

La nuit, les gens venaient nous taquiner mais nous n’étions pas là pour ça. Nous voulons nous amuser avant tout.

Un homme était plus catégorique avec moi que d’autres. Limites de poids et pots de colle. Comme cela me dérangeait, je lui ai dit « désolé, je suis lesbienne ». Il a répondu « Je ne te crois pas ». Et là, tadam, la tension, qu’est-ce qui se passe ? 😉

Quelle surprise pour moi

Quand ce type a insinué que je n’étais pas lesbienne (et il avait raison), mon copain m’a approché. Pour être honnête, je ne l’ai pas vu venir. Quoi qu’il en soit, il s’est approché de moi en tenant mon visage entre ses mains (je me suis dit, il va faire semblant…) et a mis sa langue dans ma bouche. Et le baiser dura quelques secondes.

Le gars a été surpris (et pour être honnête, il n’était pas le seul 😉 ) et s’est éloigné. J’ai vu Carole et je lui ai dit « à quoi tu joues là ? « . Pas mal car je dois avouer que c’était assez agréable. Elle a répondu  » Je ne sais pas, je veux du champagne, bien sûr « .

💖 LIRE AUSSI :  L'amour dans le métavers... qu'est-ce que ça va donner ?

La raison de l’alcool bien connu. Mais je n’y crois pas un instant. Il m’a fait savoir que je semblais valorisé. Pas faux. Je lui ai demandé bien sûr si elle était « utilisée » car je la connais depuis des années mais pas sous cet angle ;).

Il a répondu que c’était la première fois…..Imaginez tous nos amis qui ont vu cette scène. Nous l’avons joué comme, « C’est pour éloigner ce type lourd. » Hmm, je ne sais pas s’ils nous croient….

La soirée continue. Je dois admettre que j’étais bizarre après ça. Un peu dommage, c’est certain. Mais on est passé à autre chose et on a continué à s’amuser. Mais plus la nuit tardait, et plus je me rappelais que mon copain devait dormir chez moi pour l’empêcher de conduire ivre et plus je me demandais comment gérer la fin de nuit.

Le sentiment que j’éprouvais était « étrange ». Un peu timide, un peu effrayée aussi, mais aussi une envie que ce baiser mène à plus, si tu vois ce que je veux dire. Tout se mélange dans ma tête, rien n’a de sens.

Tard le soir chez moi…

Quand mes amis ont tous décidé de rentrer à la maison, aïe, une petite boule est apparue dans mon ventre. Nous nous sommes tous séparés devant le bar. Mon petit ami et moi rentrions à pied.

💖 LIRE AUSSI :  Le défi de Craig : le meilleur régime pour améliorer votre vie sexuelle

Carole m’a dit « est-ce qu’on parle encore de ce qui s’est passé ? « . Je lui ai dit « Bof, t’es pas obligé de… »;). Il a dit Ok et on est passé à autre chose. On est arrivés à mon appartement. Comme d’habitude, on a bu notre dernier verre de vin (toujours boire avec modération).

Comme d’habitude, nous nous sommes assis côte à côte sur le canapé, face à face, à répéter toute la nuit (ou presque ;)).

Puis c’est le silence. Ses yeux n’ont jamais quitté les miens. Elle a un sourire très charmant et est très sexy que je ne le connais pas. Je sais ce qui va arriver et en fait je ne veux pas……..que ça n’arrivera pas !

Il l’a vite compris. Il approcha son visage du mien, posa doucement ses lèvres sur les miennes, puis glissa sa langue dans ma bouche. On s’embrasse tendrement, sensuellement.

Ce baiser ne finit jamais. J’ai senti ses mains glisser sous mon bustier puis sur mes seins. Il les a caressés à travers mon soutien-gorge. Il m’a murmuré à l’oreille « hum tu te laisses faire ». Je pense avoir dit oui mais je ne suis plus sûr ;). J’ai été ailleurs et le plus important, oui, je suis content de la façon dont cela s’est passé.

Puis vint le moment où tout est devenu fou ;). Nous nous voulons clairement. Nous voulons profiter de cette nouvelle expérience.

Très vite nous nous sommes retrouvés nus, face à face, debout. Il a commencé par m’embrasser à plusieurs reprises tandis qu’une de ses mains caressait mon sein, mon téton et l’autre se glissait entre mes cuisses.

💖 LIRE AUSSI :  Top 6 des meilleurs clubs libertins du Cap d'Agde

J’ai étiré mes cuisses pour le laisser faire. Très vite, j’ai senti son doigt sur mon clitoris puis sur mon vagin déchirer un gémissement. Après quelques secondes, je pris sa main pour la conduire dans ma chambre.

Nous étions allongés l’un en face de l’autre. Pendant les minutes suivantes, nous nous sommes embrassés, caressés. Je me suis retrouvé à sucer ce mamelon puis à le faire glisser lentement entre ses cuisses prendre soin de sa petite chatte humide.

Il gémit, se cambra, appuyant sur ma tête pour que je continue. De temps en temps, je tendais la main pour jouer avec ses mamelons et caresser ses gros seins. J’adore sucer son clitoris, la toucher, sentir sa moiteur dans ma bouche.

A un moment, j’ai levé la tête. Il m’a dit « ne continue pas je vais profiter ». Alors j’ai continué à le peloter jusqu’à ce qu’il crie et que ma bouche soit inondée de son humidité.

Après que Carole ait repris connaissance, c’était mon tour. Je me laissais aller sous ses mains, ses caresses, sa langue, ses seins frottant contre les miens. J’aime gémir, couiner quand je sens sa langue sur mon clitoris ou ses doigts dans mon vagin. Je suis venu très vite. Je n’en peux plus, j’ai tellement hâte.

Quelques minutes plus tard, on rigolait quand Carole m’a dit : « mais qu’est-ce qu’on faisait là-dedans ? « . Nous nous sommes endormis. Le lendemain, j’ai remarqué qu’il y avait un certain malaise mais nous sommes vite passés à autre chose.

Nous n’avons jamais répété cette expérience et nous n’en avons plus jamais reparlé. Peut-être parce que nous préférons tous les deux les garçons ;).

Vous devriez apprécier ces articles…