Électrostimulation anale : prise électrique

Mon copain et moi nous sommes bien trouvés. Nous ouvrons facilement nos chakras à de nouvelles expériences sexuelles en raison d’une curiosité malicieuse. Amusons-nous avec le plug anal Little John de MyStim. Je portais une robe de velours rouge en lambeaux pour l’occasion. Monsieur Sirban, préparez votre petit cul : il va pulser ! Pour son anniversaire, M. Sirban a reçu un bouton de rose de Herr Ralph à connecter au kit d’électrostimulation sexuelle MyStim. Après avoir testé la stimulation électrique sur les organes génitaux (lire l’article), nous tenterons la face cachée de la lune. Mission Artemis avec ce plug anal électrique. Première impression : Little John n’est pas si petit… 4 cm de large et 9 cm de long. Mon homme pousse le jouet dans sa vie personnelle. J’ai vu qu’il était relié au salon… un fil électrique sortait du cul. Première impression : rire ! Ressemble à une queue! Ma Domina a deux semaines et si je fais un gâchis, ce ne sera pas génial pour mon cocu soumis. La séance demande de la concentration. Bon, je deviens sérieux ! Pour avoir déjà joué avec le kit électrique, on sait que la box permet de contrôler l’intensité, la largeur d’impulsion et la fréquence d’impulsion. Nous commençons la séance. A quatre pattes, plug anal, Cocu m’attend pour commencer. Nous sommes au niveau 1 et il n’a pas eu l’impression que j’ai commencé. J’augmente la puissance de 2… rien ; puissance 3… à peine un chatouillement. Il commence à sentir un courant électrique dans la région anale au 4ème niveau de 8 ; de l’extérieur, le niveau 4 est sa limite. Je me masturbe de temps en temps pour la garder excitée. Il m’explique que le ressenti est très différent en interne. Il est plus gêné par la taille de la rose que par la stimulation électrique elle-même. Rapidement, il veut tester le niveau maximum – 8 sur 8 – avec une intensité de 80 mA, une largeur d’impulsion de 260 microsecondes et une fréquence d’impulsion de 150 Hertz. Allons au fond des choses ! Faisons un test approfondi ! Je joue tout à la fréquence et à la largeur d’impulsion maximales en fonction des réactions de son corps. A l’oeil nu, son anus se rétrécit lorsqu’elle est dans l’émission « B »… affectueusement surnommée « B comme Butoir » ou « Bourrin ». MisterSirban grogne. Ne voulant pas trop ajouter à sa douleur, je le caresse doucement et prends sa patte. Il résiste bien et regrette d’avoir maximisé. Il y a aussi une certaine déception de ma part. Je ne la vois pas réagir comme elle le fait normalement quand on travaille sur l’anal. Il en a encore un peu sous la pédale et je suis technologiquement limité. Il souffre surtout de la taille de l’anus et des bords plats qui irritent l’anus, plutôt que de la stimulation électrique elle-même. Je lui fais changer de position pour changer ses sentiments. A quatre pattes, il lève les jambes et se penche sur le dos. Je l’ai humilié verbalement et l’ai humilié en le traitant de Lope soumis et de cocu. Mes paroles l’excitent. Ses vices nous excitent. Mes mains font le tour de tous les ongles de son corps accro. Jusqu’à ce que je prenne le contrôle de la boîte et lui demande de prendre en charge sa propre souffrance, il s’abandonne à sa soumission. Cela le rendra plus facile à lâcher prise et moins mignon. Je vais prendre les rênes. Je l’ai meurtri jusqu’au plus profond de son anatomie, jouant avec l’électricité d’un simple mouvement du doigt, appréciant les vibrations à des intensités maximales et moyennes. Ses yeux trahissent le plaisir entre douleur, excitation et abandon. Réalisant cela, j’ouvre la boîte de Pandore et lui demande de jouir quand elle culmine avec l’électrostimulation anale. Pendant l’éjaculation, il me demande de réduire l’intensité, car la douce agonie de la rose électrique se transforme en véritable torture. Je vais descendre avant d’arrêter complètement de travailler. Sans trop de peine, ma soumise profite d’une salve chaude qui vient lui frapper le nombril entre douleur et plaisir. Puis elle me demande d’arrêter car elle n’en peut plus. Je lui explique que j’ai tout coupé. Elle ressent encore profondément la vibration du plug anal. Je retire le câble pour lui montrer que tout est coupé, mais les impulsions électriques durent plusieurs minutes. Mon homme a tout donné. Il est vidé, lavé. Ça l’a épuisé ! Une dizaine de minutes après avoir retiré le fromage, la sensation lancinante a continué, ainsi que la douleur dans la fesse. Nous sommes passés du niveau 8 au niveau 8 si rapidement qu’il n’y avait pas de place pour une amélioration supplémentaire. MrSirban m’a expliqué que la douleur du plug anal – de par sa taille – place la barre haute pour qu’elle l’emporte sur toute autre douleur. J’aimerais le voir repousser ses limites. Cela m’a rendu un peu triste, je dois l’admettre ! Nous avons adoré cette nouvelle expérience d’électrostimulation anale. C’est un plaisir très mental. J’appuie sur le bouton de l’enfer du bout des doigts comme un marionnettiste. Pendant vingt minutes qui ont duré vingt minutes… il y en a une qui n’a pas raté le spectacle ! Quelques personnes sur Twitter m’ont demandé où trouver ces jouets :

💖 LIRE AUSSI :  [Lingerie] Frère Fook et Alice dans la chienne